Arkhênum valorise votre patrimoine documentaire

La mise en avant des archives patrimoniales et industrielles apporte de la valeur à vos savoir-faire.

« Nous vivons à une époque où les consommateurs retournent vers plus d’authenticité. Mettre en avant sa culture d’entreprise et sa mémoire collective répond aux attentes du public et permet de fédérer les équipes autour d’un projet collectif », commente Sophie Holand, consultante héritage et stratégie patrimoniale chez Arkhênum Suisse.

Une documentation technique rare, des outils de production historiques, un patrimoine économique, un savoir-faire à transmettre, une notoriété à faire valoir, autant d’éléments valorisants qui méritent de ne pas tomber dans l’oubli. Les dernières technologies en matière de numérisation permettent de préserver et valoriser l’histoire des entreprises, institutions et à travers cela son capital technique et surtout humain.

Arkhênum a, par exemple, digitalisé une part importante des archives de la CCI France Suisse.

Ce travail a été réalisé à l’occasion du jubilé des 125 ans de la Chambre. Ainsi, un volume significatif et riche d’enseignements, retraçant 125 ans de relations économiques bilatérales entre la France et la Suisse depuis 1894 a été numérisé, indexé et mis en ligne pour être partagé avec le public.

« Nous sommes heureux de mettre ces ressources documentaires intégralement à disposition de nos membres et plus généralement de tous les acteurs intéressés par les relations économiques franco-suisse. Nous sommes persuadés que la lecture précise de notre histoire constitue un éclairage instructif de notre présent et nous guide vers l’avenir », explique Florence Cristina, responsable communication de la CCIFS.

De nombreux établissements publics, privés et non-gouvernementaux ont entrepris cette démarche en Suisse (les Nations Unies, ITU, Pélichet) comme en France (le Musée du Louvre, Renault, BNP Paribas).

Ces expériences ont mis en valeur l’histoire de ces établissements mais ont aussi dévoilé, du côté de leurs collaborateurs, un fort sentiment d’appartenance à ces entités. « Un collaborateur qui part, c’est une histoire, un savoir-faire qui se perd. Récolter ces témoignages est un moyen de sauvegarder ces histoires de vie pour l’éternité et de les valoriser », ajoute Sophie Holand.

L’enjeu est de faire vivre autrement une institution, une marque et son histoire au travers de différents supports en communication interne et externe. Car, à l’époque des labels et dans une concurrence internationale de plus en plus vive, même dans des métiers de niche où le savoir-faire se mêle à l’excellence, il est plus que jamais important de marquer sa différenciation. « Ceci autant pour vous démarquer de la concurrence que pour renforcer vos liens avec vos prescripteurs et séduire de nouvelles clientèles », conclut Sophie Holand.

 

Article Publié dans le magazine Aspects 2 | 2019 Excellence & savoir-faire : une niche franco-suisse

Share This