QUAND LES ABEILLES ONT DÉCIDÉ DE DÉMÉNAGER !

À la mi-avril, l’équipe d’AGS Marseille a vécu un moment inédit dans l’histoire de l’agence. Le site a été envahi par un essaim d’abeilles.
Consciente des enjeux environnementaux, l’équipe a tout fait pour sauver les insectes. Avec grand succès.

« En milieu d’après-midi, mon responsable technique arrive en panique, raconte Raphaël Arielli, directeur de l’agence AGS de Marseille. Un nuage d’abeilles haut de trois mètres volait au-dessus du parking de nos locaux ». Si l’équipe marseillaise a déjà été confrontée à quelques guêpes dans les locaux, c’était bien la première fois qu’un événement d’une telle ampleur se réalise chez AGS. La préservation de l’environnement et des espèces a toujours fait partie des préoccupations majeures du groupe AGS. L’abeille, malgré sa petite taille, joue un rôle essentiel dans la production de notre alimentation et assure 80% de la pollinisation et donc de la reproduction des plantes à fleurs. 35% de nos ressources alimentaires dépendent de cette action fécondatrice des insectes dont les abeilles. C’est donc tout naturellement que les collaborateurs ont cherché par tous les moyens une solution pour sauver l’essaim d’abeilles.

Après un coup de fil aux pompiers, qui n’interviennent plus sur ce type de situations, Raphaël Arielli se met en quête de trouver un apiculteur à proximité. C’est ainsi qu’il découvre qu’à deux pas d’AGS, dans la même zone industrielle, une entreprise spécialisée dans la mécanique et la robinetterie industrielle, SMRI Mécanique, héberge quatre ruches dans ses locaux. Ni une, ni deux, Raphaël Arielli se rend sur place et demande de l’aide à la petite équipe formée à apprivoiser les abeilles.

Un sauvetage naturel

Le Directeur général délégué de SMRI Mecanique, Claude Martini, et Patrick Parenti, président de l’association Spne (Sensibilisation Protection Nature et Environnement) qui a converti SMRI à la préservation des abeilles, rejoignent AGS. « Chaque année, à cette époque-là, les ruches se divisent et la moitié de la ruche s’en va avec la nouvelle reine, explique Patrick Parenti. L’intérêt de ne pas les laisser dans la nature est vital, car les abeilles sont de moins en moins nombreuses et il faut tout faire pour les protéger des prédateurs comme le frelon asiatique ou des mauvaises actions comme les asphyxier ».

Équipés de combinaisons de protection et du matériel, ils récupèrent l’essaim, qui s’est agrippé entre temps sur un cyprès à proximité de conteneurs. L’opération nécessite le sciage de branches, mais aucune action d’enfumage n’est effectuée. « L’équipe nous a expliqué que les abeilles chargées de miel, comme celles-ci, sont inoffensives », précise Raphaël Arielli.

Une démarche écoresponsable

Une fois que la reine trouve place dans la ruchette apportée par l’équipe, l’ensemble des abeilles la rejoint. L’opération de sauvetage, photographiée par Christophe Moret, Responsable Planning chez AGS Marseille, est un succès.  « Je suis ravie et fière que nous ayons réussi à garder cet essaim, à le prolonger et à en faire don, précise Priscille Kula, Directrice Adjointe d’AGS Marseille. Cette démarche écoresponsable fait entièrement partie de la philosophie de l’agence et du groupe. Et c’est un clin d’œil positif dans cette période morose, un joli rayon de soleil ».

Du côté de SMRI aussi, l’opération a été accueillie avec bonheur. « Ce nouvel essaim permet à SMRI d’obtenir une cinquième ruche et de continuer à promouvoir les ruches en milieu périurbain, auprès des collaborateurs et de participer à la sauvegarde de l’environnement dans une période où le réchauffement climatique fait des dégâts dévastateurs », explique Claude Martini, qui participe à la préservation des abeilles depuis 5 ans grâce à la sensibilisation de l’association Snpe.

Une belle action environnementale et humaine

L’entreprise a notamment modifié ses espaces verts en plantant des plantes vivrières pour alimenter les abeilles tout au long de l’année et leur permettre de butiner sans relâche.  Elle accueille aussi des poules afin de lutter contre les prédateurs et entend planter des arbres fruitiers dans les prochains mois afin de végétaliser la pinède détruite en 2020 par les incendies.

Par l’intermédiaire de Snpe, elle revend son miel comme d’autres structures du territoire. Car l’association à but non lucratif peut compter sur sa forte notoriété sur le territoire et a été déjà appelée par exemple par l’Hôpital de Martigues, par des particuliers, par la mairie de Châteauneuf et de nombreuses entreprises. « Notre objectif est de les rendre tous autonomes dans leur gestion des ruchers », complète Patrick Parenti, comme SMRI Mécanique aujourd’hui. Elle participe aussi à faire de la pédagogie dans les écoles.

« Ce moment a été super car nous avons tous participé à une action qui avait un vrai sens et nous sommes ravis d’avoir pu rencontrer des acteurs locaux et voisins dans le cadre de cette belle aventure humaine », assure Raphaël Arielli, avant de conclure dans un sourire : « Et pourquoi pas avoir nos propres ruches sur nos sites AGS ? ».

Vous aussi, vous avez décidé de déménager ?

Contactez-nous pour un devis gratuit !

Share This