Les équipes AGS Myanmar sur le pont pour aider leurs clients face à un contexte difficile

Coup sur coup, le Myanmar a connu deux crises inédites qui ont impacté à la fois la vie des habitants, des expatriés et l’activité économique. Malgré tout, les équipes d’AGS sur place ont réussi à maintenir une activité importante et à répondre aux besoins évolutifs de ses clients.

C’est un contexte que Marc Guyonnaud n’avait jamais connu en cinq ans de vie dans le pays. Le patron d’AGS Myanmar a successivement fait face avec ses équipes à la pandémie covid en 2020 puis depuis février 2021 à un environnement local marqué par des tensions et des violences importantes. Dans cette situation, les équipes ont réussi à maintenir leur activité face aux demandes multiples.

Et ce ne sont pas les nombreux clients d’AGS qui diront le contraire. Joris Thomas, Directeur d‘exploitation chez Bouygues Bâtiment International, est l’un d’eux. Il a échangé avec notre équipe pour expliquer pourquoi il avait choisi AGS pour organiser les déménagements de 14 collaborateurs ces derniers mois, contraints de quitter le pays face à la situation chaotique, qui inquiète les investisseurs. « Ils décident de geler leurs projets au Myanmar pour quelques mois, explique Joris Thomas. Ce gel des investissements, accompagné d’une dégradation de la sécurité au Myanmar, ont une répercussion immédiate sur notre activité ». Avec à la clé, des retours de collaborateurs qui se doivent d’être bien orchestrés et rapides.

Gérer à distance en période trouble

Marc Guyonnaud

Pour Joris Thomas comme pour d’autres clients, AGS Myanmar possède « une aptitude réelle à gérer plusieurs déménagements internationaux en simultané tout en respectant l’éthique » et bénéficie « d’une empreinte internationale qui fait la différence notamment pour les déménagements à destination atypiques ».

Pour répondre au mieux aux demandes de ses clients comme Bouygues, AGS a travaillé sans relâche. Lors du premier confinement d’avril 2020, la logistique faisant partie des métiers nécessaires, l’activité d’AGS a pu se poursuivre et a même connu des niveaux inédits face aux départs multiples des expatriés sur place. « La plupart sont partis pensant revenir, mais rapidement, au regard de la situation sanitaire et des frontières fermées, ils ont organisé leur déménagement à distance et ne sont jamais revenus », précise Marc Guyonnaud.

S’adapter en permanence pour accompagner les clients et leur venir en aide

Les équipes ont dû s’adapter et organiser des visites virtuelles grâce au logiciel du groupe. « Une fois le packaging effectué, il nous fallait envoyer des photos aux clients pour leur prouver ce qui avait été fait », se rappelle le patron d’AGS sur place. Cette situation a perduré tout au long de l’année, malgré les confinements successifs. Avec de très bons résultats à la clé, meilleurs que les années précédentes. Marc Guyonnaud note qu’à l’inverse, il a enregistré peu de déménagements entrants.

Et la situation s’est corsée le 1er février 2021 en raison des événements locaux. Après une période de flottements de quelques jours, le travail a pu reprendre le 6 février. Mais loin des conditions habituelles. À cette date, a été lancé le civil disobedience movement (CDM), qui suggérait aux travailleurs de ne plus travailler pour exprimer leur mécontentement. Difficile alors pour les salariés locaux de travailler ou même de se rendre sur leurs lieux de travail du fait de la multiplicité des manifestations dans les rues ou des ponts bloqués. « Il était devenu dangereux de venir travailler pour les locaux, souligne Marc Guyonnaud. Les collaborateurs ne portaient plus leurs uniformes AGS de peur des représailles ».

Un challenge quotidien : d’une activité réduite à une reprise intense

Autre difficulté de taille pour AGS : les douanes ont cessé de travailler jusqu’au 27 avril. Impossible alors d’exporter les déménagements en attente. « Nous avons effectué trois mois d’emballage non-stop, assure Marc Guyonnaud. Les gens ont continué de quitter le pays, mais leurs déménagements ont été stockés en attendant de pouvoir être envoyés ». Le directeur d’AGS augmente alors la capacité de stockage dans des entrepôts supplémentaires. « Fin avril, il était temps qu’on puisse exporter à nouveau, car nous étions à notre maximum de stockage », assure-t-il.

Face aux retards pris dans les envois, rien qu’au mois de mai, AGS doit expédier une vingtaine de conteneurs (contre 3 ou 4 en temps normal) pour des clients déjà partis depuis plusieurs mois pour certains. « C’est un vrai challenge de réussir à exporter face au nombre réduit de bateaux qui s’arrêtent à Yangon depuis le 1er février », complète Marc Guyonnaud.

Un challenge que Marc Guyonnaud et ses équipes ont bien réussi à relever, selon Joris Thomas qui salue la grande disponibilité du Directeur d’AGS Myanmar : « Il reste à l’écoute pour adapter le service rendu aux besoins souvent spécifiques et parfois évolutifs de chacun ». Joris Thomas assure enfin « avoir apprécié tout particulièrement la ponctualité, la qualité des services (conseils pour des solutions efficaces et pertinentes, suivi du client, gestion des prestataires), la courtoisie ainsi que la bonne humeur d’AGS Myanmar ».

CONTACTEZ AGS MYANMAR

 

Share This